OLDINE
murmures


cd 4 tracks - 16' 40'' - harp1 - 1999

shipping to france
shipping to other countries

more info : http://www.myspace.com/oldine


Reviews of OLDINE - murmures

(K-RAA-K)3
The predecessor of the classic du q album in its full majesty. Slowly building guitares into a Godspeed, Sigur Ros mood but way more intensive and original in approach. Less is more is a beautiful statement by this all instrumental french band

BOA (n°8, printemps 00, GB)
Yet another unknown name from France comes up trumps - over 4 tracks Oldine mesmerize with their hushed atmospheric pastoral haze,a repetitive ebbing and flowing of sounds that occasionally seeps into a dazed cacophony of drone and feedback. The pervasive air of contemplation is interrupted but certainly not spoiled by the short delayed acoustic guitar interlude that ploughs a similar if less mystic furrow to Alphane Moon on the second track, then back to the previous moody intensity, more bass-heavy on track three and then based around the ringing timbres of delayed guitar on the final one. (Gayle Brogan)

RIFF RAFF (n°60, mai 00, B)
Dans l’auberge espagnole post-rock, loin des barbants gothiques, certains cultivent une musique ensoleillée et réellement psychédélique, dans une tradition premiers Pink Floyd - Spacemen 3, qu’on déguste les cils des paupières en éventail. Chez Oldine, l’orgue est ondoyant, la guitare crénelée et l’écho volontiers acide. Nous venons en paix, disent ces adeptes de Windy & Carl ou de Ghost, sourires timides et démarches encore hésitantes. Venez, entrez, c’est joli ce que vous faites, leur répond-on. Non cela ne va pas trop fort, merci, allez-y. Et quand Oldine se met aux arpèges, c’est tout gentiment qu’il trouve sa place dans l’ombre chaude de l’immense « Bad Timing » de Jim O’Rourke et on sait alors que les trois membres d’Oldine sont des gens biens. (jgm)

LES INROCKUPTIBES (n°211, septembre 99, FR)
Il faudra également suivre le très lancinant Oldine (JD Beauvallet)

FEAR DROP (n°7, printemps 00, FR)
Il arrive encore de faire des découvertes inattendues, Oldine est de celle-ci. Jeune guitariste talentueux, Thomas Robyn publie sur un nouveau label lyonnais les quatre premiers titres d’une œuvre que l’on souhaite féconde. De son instrument il tire des mélodies simples et mélancoliques traversées de résonances, grattages et recherches plus poussées qui s’y mêlent sans dépasser le cadre d’une musique ambiante et atmosphérique que l’on pourrait rapprocher - la diversité en moins - des travaux de Imagho, autre découverte stupéfiante de ces derniers mois. Thomas Robyn maîtrise également le picking acoustique. Nul doute que les amateurs de Labradford sans acidité ou plus largement de toute l’écurie Kranky se retrouveront dans la générosité, la simplicité et la sensibilité de Oldine dont un premier album ne saurait trop se faire attendre. (J Langlais)

MEKKO (début 00, web)
Comme le titre de son opus l’évoque, Oldine ne compte pas parmi les musiques dures mais affirme à l’inverse une sérénité toute caractérisée par ses fraîches ambiances et ses mélodies fragiles . Le disque rappelle légèrement , par certains côtés Gastr Del Sol. On pense même après écoute à des choses plus anciennes comme Pink Floyd, la 3ème plage pouvant aisément s’intégrer aux moments qui composent Ummaguma. Le Travail de la guitare est réalisé avec une belle simplicité. Les sons y sont tantôt chauds, tantôt frais et cristallins accompagnés de vapeurs de sons proches des dunes.
L’ensemble des titres est d’une belle cohérence, tout s’enchaîne avec fluidité ; le disque avance comme un cours d’eau. (J Lefebvre)

18 JARDINS (n°4, juillet 00, FR)
Oldine explore les possibilités ambient de la guitare. C’est après plusieurs écoutes que l’on découvre les richesses de composition de ces quatre instrumentaux où la simplicité et la sincérité sont de mises. Les atmosphères toujours reposantes et mélancoliques avec un léger côté folk parfois, nous rappelle David Grubbs, Papa M ou Imagho. (hug)


NEWS - RELEASES - CONTACT - LINKS